Nationale Bank van België

A l’heure des bilans : Projections économiques de la BNB pour la Belgique

26 December 2018

La croissance de l’activité économique en Belgique diminuerait progressivement au cours des prochaines années, passant ainsi de 1,5 % en 2018 à 1,2 % en 2021, sous l’influence de la normalisation du rythme d’expansion des investissements des entreprises et du ralentissement des exportations. L’évolution de la consommation privée s’appuierait néanmoins sur le renforcement du pouvoir d’achat, même si la croissance de l’emploi, toujours vigoureuse, continuerait de ralentir. L’inflation culminerait cette année, pour se réduire par la suite. Le déficit budgétaire, actuellement assez limité, se dégraderait durant les prochaines années.

Environnement international

La croissance mondiale a affiché l’année dernière une évolution assez erratique et est restée nettement en deçà des anticipations. Néanmoins, dans les pays avancés, la croissance a clairement rebondi à partir du printemps, mais ce mouvement était principalement lié à des développements spécifiques dans certains pays, telle la politique budgétaire expansionniste menée aux États-Unis. Par la suite, l’économie mondiale semble toutefois avoir légèrement marqué le pas, et les indicateurs de confiance ainsi que d’autres indicateurs de court terme, ne font actuellement pas état d’une reprise vigoureuse dans les prochains mois. Le commerce international s’est sensiblement contracté depuis le début de l’année, sur fond de barrières commerciales grandissantes. En raison de l’incertitude qu’elles engendrent et de l’interdépendance internationale des chaînes de production, les mesures protectionnistes exercent souvent une incidence négative plus importante que leur seul effet direct sur les pays et les produits affectés. De plus, le redressement progressif des taux à la suite de la hausse des anticipations d’inflation aux États-Unis contribue à un renforcement de la volatilité sur les marchés financiers. Elle entraîne également des problèmes de financement plus aigus pour différentes économies émergentes enregistrant des déficits courants, et ce en raison d’une réallocation des capitaux internationaux, découlant elle-même de variations des rendements relatifs.

Zone euro

Dans la zone euro également, l’activité s’est nettement repliée depuis le début de cette année, entre autres à cause des plus faibles exportations. La croissance atteindrait finalement 1,9 % en 2018. Outre la légère décélération de la croissance mondiale et le recul des échanges commerciaux, le renchérissement de l’euro peut également avoir joué un rôle, ce dernier s’étant apprécié jusqu’au premier trimestre de cette année.
La baisse de rythme observée à partir de l’été serait néanmoins partiellement imputable à des ralentissements temporaires de la production dans l’industrie automobile (principalement en Allemagne), faisant suite à de nouvelles procédures de test relatives à des normes environnementales. La disparition de ce facteur ferait remonter la croissance au dernier trimestre. La croissance annuelle devrait diminuer progressivement jusqu’à 1,7 % en 2019 et 2020 et à 1,5 % en 2021. Ce ralentissement est dû en partie à des tensions croissantes sur le marché du travail et à l’impact s’amenuisant de l’assouplissement budgétaire en 2019 dans certains pays. L’inflation dans la zone euro a été alimentée cette année par la hausse sensible des prix énergétiques observée jusqu’au début d’octobre. Abstraction faite de cette composante et d’autres éléments volatils, l’inflation sous-jacente s’accélérerait sur l’ensemble de la période de projection, en raison de la pression plus élevée exercée par les coûts d’origine intérieure, pour atteindre 1,8 % à la fin de 2021.

Belgique

S’agissant de la Belgique, la croissance ressortirait cette année à 1,5 %, comme prévu antérieurement, mais les projections à partir de 2019 seraient à nouveau revues légèrement à la baisse par rapport aux projections de printemps, en raison d’une dynamique un peu plus faible des dépenses intérieures. Le tassement de la croissance pendant la période de projection s‘explique par le refroidissement du cycle d’investissement des entreprises – conformément aux déterminants fondamentaux – et par la moindre croissance des exportations due à l’érosion de l’incidence des gains récents de compétitivité-coût. Ce mouvement ne serait que partiellement compensé par la hausse plus marquée de la consommation des ménages à la suite du renforcement du pouvoir d’achat. L’écart de croissance négatif de l’activité apparu en 2015 entre la Belgique et la zone euro s’infléchirait modestement, mais ne se résorberait pas entièrement au cours de la période de projection.
L’emploi intérieur augmenterait de 150.000 unités sur l’ensemble de la période de projection. La croissance de l’emploi, qui est toujours très vigoureuse, s’essoufflerait néanmoins peu à peu, étant donné que la croissance plus modeste du PIB pèserait sur la demande de travail, que les projections tiennent compte d’un nouvel accroissement des coûts salariaux et qu’à la suite de la pénurie grandissante sur le marché du travail, il serait de plus en plus difficile de pourvoir les emplois vacants. Le taux de chômage harmonisé s’est stabilisé à un niveau exceptionnellement bas, qui n’a été observé qu’en 2001 au cours de ce siècle. Comme la nouvelle augmentation de la population active évoluerait plus au moins parallèlement à la création d’emplois, le taux de chômage resterait extrêmement faible sur l’ensemble de la période de projection.
L’inflation atteindrait 2,4 % cette année et reculerait ensuite, conformément à l’évolution des prix énergétiques. En 2021, l’inflation ressortirait encore à 1,8 %. Durant la période de projection, l’inflation sous-jacente s’accélérerait progressivement, mais, comme cela a déjà été observé dans le passé, l’accroissement sensible des coûts salariaux ne se répercuterait pas intégralement dans les prix, mais s’accompagnerait plutôt d’une modération des marges bénéficiaires. Celles-ci ont vivement progressé ces dernières années, mais elles retomberaient d’ici 2021 à un niveau légèrement supérieur à leur moyenne de long terme.
En ce qui concerne les finances publiques, le déficit budgétaire revient à 0,8 % du PIB en 2018. Cette baisse est une nouvelle fois essentiellement imputable à la forte augmentation des versements anticipés des sociétés, par suite du nouveau relèvement du taux appliqué lorsque ces derniers sont insuffisants. Ce facteur est toutefois temporaire, dans la mesure où il entraînerait une érosion des enrôlements lors de la liquidation de l’impôt des sociétés. Il convient de noter que la part de ce qui est temporaire ou non dans ce facteur est entourée d’incertitudes, et la Commission européenne et le budget de l’État tablent à cet égard sur un glissement sensiblement moins important que la Banque. Sur la base des prévisions de la Banque, le déficit budgétaire se détériorerait à nouveau durant la période de projection, en dépit d’une nouvelle diminution des paiements d’intérêts sur la dette, et s’établirait encore à 2,0 % à la fin de la période. La dette publique diminuerait, mais elle resterait supérieure au PIB en 2021.

Il convient de rappeler que, conformément aux règles applicables aux exercices de projection de l’Eurosystème, il n’est tenu compte que des mesures qui ont été formellement décidées par les pouvoirs publics – ou dont l’approbation est très vraisemblable – et dont les modalités sont connues de manière suffisamment précise au moment de clôturer les prévisions. Par ailleurs, les évaluations de l’incidence budgétaire de certaines mesures, telles celles relatives à la lutte contre la fraude, s’écartent des montants inscrits au budget.

Source : BNB

Laisser une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *