KLM Air France

La culture du patronage va dissoudre Air France et KLM d’ici 10 ans

01 March 2019

Bob Goulooze

Afin de créer des économies d’échelle, les compagnies aériennes nationales recherchent des partenaires. De préférence, identiques, mais certainement compatibles avec les services actuels du transporteur national. En 2004, Air France a « fusionné » avec KLM. Depuis cette date, les problèmes ont commencé. Air France est le principal partenaire de cette joint venture avec KLM et a revendiqué un rôle de premier plan dès le premier jour. Ceux qui connaissent la manière de travailler des Français ne pouvait pas croire en premier lieu que tout serait idyllique. Les Français pratique un système de patronage. C’est une relation d’inégalité sociale entre un partenaire puissant et un partenaire qui l’est moins. Le puissant patron rend des faveurs au subordonné en échange de services, d’adhésion et d’hommage. Vous n’avez pas besoin d’être culturellement averti pour comprendre qu’une telle relation de favoritisme est si peu néerlandaise. Les Néerlandais ont plus une culture d’égalité dans laquelle la réalisation du consensus est la ligne de fond.

Au cours des 15 dernières années, Air France a tenté d’établir cette relation de patronage avec le personnel et le management de KLM. Les Néerlandais sont des gens pragmatiques et sont capables de s’adapter à une nouvelle relation légèrement inégale. Jusqu’à ce que la limite ait été atteinte. Ensuite, ils se redressent et disent: « Non ». Les Français ont agi comme les patrons qu’ils ont toujours été. Cependant, si vous ne pouvez pas être meilleur que votre partenaire subordonné, vous devriez vous demander si vous faites les bonnes choses. L’année dernière, le personnel d’AF a voulu lyncher son directeur. Sa chemise a été arrachée et sauter au-delà d’une clôture a sauvé sa vie. Il semble que les pilotes d’AF soient toujours en grève. Son personnel au sol aussi. Pas étonnant que les résultats financiers d’Air France soient désastreux. Ainsi, pour compenser leurs pertes, Air France a l’intention de voler des millions d’euros à son petit homologue néerlandais, KLM.

Combien d’entreprises franco-néerlandaises prospères connaissons-nous? Je connais deux joint venture: 1. une ancienne société informatique Philips et 2. un grand groupe néerlandais de communications. J’ai parlé aux dirigeants des deux sociétés et ils étaient unanimement opposés à la gestion française. « Rats and bastards » étaient les qualificatifs les plus décents de la direction néerlandaise concernant leurs collègues français. Inutile de dire que ce ne sont pas des entreprises florissantes et prospères. Ainsi, dans cette joint venture Air France-KLM, les Néerlandais ont été tenus à distance du partage d’informations. Les Néerlandais ont été très surpris d’apprendre que 10% des actions d’Air France-KLM avaient été offerts et acceptés par Delta et China Eastern Airlines.

À présent, le gouvernement néerlandais a pris une participation de 14% dans la société holding AF-KLM, ce qui lui a permis d’exercer un pouvoir de vote si cela était nécessaire dans un proche avenir. Maintenant, les Français condescendants sont en colère, alors qu’ils goûtent à leur propre remède.

Les décisions les plus importantes dans la vie sont basées sur des sentiments instinctifs, tandis que les moins importantes sont basées sur des calculs. Mon intuition me dit que ce n’était pas la bonne combinaison. Il est donc tout à fait compréhensible que le gouvernement néerlandais, après avoir bien appris sa leçon en matière de favoritisme, ait garanti une participation préventive de blocage au vote dans la holding. Il s’agit d’un simple avertissement culturel selon lequel les Français devraient abandonner leur système de favoritisme, du moins dans leurs activités commerciales internationales. Si la culture de patronage français continue de dominer les relations entre Air France et KLM, il ne sera pas exagéré de penser que cette société cessera d’exister tôt ou tard.

(Adapté de l’anglais)

Laisser une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *