cid42922_Ralph_MS5_0929

Margreet Fröberg et Ralph Hamers ont battu les actionnaires d’ING

07 September 2018

Pieter Lakeman

Le règlement de 775 millions d’euros que ING Bank a conclu avec le Ministère Public est sensationnel et, à première vue, très gratifiant. Ralph Hamers, le directeur général, et Margreet Fröberg peuvent être extrêmement satisfaits. Tous deux ont réalisé une performance particulière. Fröberg a plus que doublé le record de pénalités néerlandais qui est maintenant à son nom. Le montant est même supérieur d’un million d’euros au règlement total que la Rabobank avait annoncé le 29 octobre 2013. Une photo finish de cette compétition. Lorsqu’on a demandé si le Ministère Public prend exemple des pratiques américaines comportant d’importants montants de règlement, il répond modestement: « Nous nous laissons inspirer internationalement, y compris par la pratique américaine ».

Ralph Hamers peut être complètement satisfait en tant que CEO. Il n’est pas poursuivi pénalement, même si cela aurait été logique. Pour le moment, il peut encore détenir des bonus pour les années 2013 à 2017 avec l’accord du Ministère Public et du Conseil des Commissaires.

Ces parties se sont retrouvées dans un accord fantastique où elles peuvent toutes deux être incroyablement satisfaites, mais qui sont les victimes de l’accord? Ce sont les actionnaires d’ING. Ils sont les victimes car la valeur intrinsèque de leurs actions diminue de 775 millions d’euros. Il est plausible que les négociations sur le montant du règlement aient également été menées par les deux parties. Cela ressemble à un brillant un-deux où Hamers s’est libéré aux dépens des actionnaires. Fröberg et le Ministère Public font tout leur possible pour défendre cet accord fantastique, mais ils n’utilisent pas d’arguments valables. Dans le rapport d’enquête, le Ministère Public se cache derrière la Cour suprême (sans mentionner l’arrêt, mais cela concerne l’arrêt Slavenburg).

La Cour suprême impose (également selon le Ministère Public) les exigences suivantes aux poursuites engagées contre des personnes ayant commis des infractions pénales telles qu’elles ont été constatées chez ING :

  1. la connaissance des infractions pénales;
  2. avoir consciemment contribué à la commission des infractions pénales ou avoir consciemment omis de les prévenir.

Margreet Fröberg a laissé échapper son partenaire de deal Hamers, sur la base de ces déclarations. C’est remarquable, car le rapport du Ministère Public montre clairement que Hamers était au courant des infractions et n’avait pas fait assez pour y remédier. La Nederlandsche Bank (DNB) et la BCE avaient régulièrement informé la société des infractions commises par la banque (Cour suprême condition 1). Le rapport montre aussi clairement que Hamers n’a pas fait assez pour empêcher cela. (Cour suprême condition 2).

Margreet Fröberg a fermé les yeux sur le fait notoire que, dans une entreprise, le Conseil d’administration et certainement le président sont capables et compétents pour mettre fin à des infractions pénales. Si vous ne le faites pas, vous êtes personnellement pénalement responsable selon la Cour suprême.

Il est difficile de comprendre que le Ministère Public n’a infligé aucune amende à Ralph Hamers (et Jeroen van der Veer, ancien président du Conseil des Commissaires). La sécurité juridique en souffre quelque peu lorsque le Ministère Public avance délibérément des arguments fallacieux pour permettre à Hamers et à Van der Veer d’être mis hors de cause.

Heureusement, Hamers et Van der Veer peuvent encore toujours être tenus pour responsables par les actionnaires. Ils pourraient alors être en mesure de les plumer financièrement à un point tel que les administrateurs de ce type d’entreprise prennent leurs responsabilités un peu au sérieux à l’avenir.

L’auteur, Pieter Lakeman, est le fondateur et président de SOBI (Stichting Onderzoek Bedrijfs Informatie).

Laisser une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *