Photo : Peinture de Jan Brueghel le Jeune "Allégorie de la manie des tulipes", vers 1640

Crypto et tulipe mania

03 juillet 2021

Michel Klompmaker

Ça arrivait. Un autre scandale de la cryptographie. Aujourd’hui, deux frères sud-africains se sont enfuis avec 69 000 bitcoins provenant de clients qui avaient confié leur argent à Africrypt. Le montant en question est de plusieurs milliards d’euros. Les deux frères avaient fondé leur entreprise à Johannesburg en 2019. Ils ont promis, comme d’habitude sur ce marché, des rendements élevés et ont ciblé les personnes fortunées. En avril dernier, il y avait déjà une acrimonie, où les clients avaient été avertis que l’entreprise avait été piratée et que les portefeuilles en ligne contenant des crypto-monnaies étaient en danger. Revenons au XVIIe siècle, juste pour être sûrs. C’était quoi déjà à propos des tulipes ?

C’est peut-être une bonne idée de se rappeler en 2021 d’une leçon d’histoire provenant des Pays-Bas. Au XVIIe siècle, le commerce des tulipes a connu un boom sans précédent, qui a débuté vers 1634 aux Pays-Bas et à Utrecht. Cela s’est terminé brusquement au début du mois de février 1637. À cette époque, l’âge d’or néerlandais, les prix des bulbes de tulipe récemment introduits ont atteint des sommets extrêmes. Il y avait déjà une spéculation en options sur les tulipes, qui à l’époque étaient encore en terre ! Et c’est ainsi que la première bulle de l’histoire économique a été créée.

Ce n’est pas la première fois que les investisseurs en crypto-monnaies déchirent leur pantalon à la suite de la « disparition » des crypto-monnaies. Par exemple, en 2014, 850 000 bitcoins ont été volés (valeur à l’époque de  » seulement  » 394 millions d’euros et en 2018, il s’agissait d’une somme de 420 millions d’euros). Maintenant, dans le cas des frères sud-africains, le montant en jeu se chiffre en milliards d’euros. Selon les avocats des victimes, les deux frères ont placé la plupart de leurs bitcoins par l’intermédiaire de tumblers ou aussi nommé des « mixers » de crypto-monnaies. C’est la manière rusée d’effacer les traces de la source originale.

La Banque centrale néerlandaise refuse de désigner les crypto-monnaies comme monnaie. Elle le considère comme un certain type « d’actif ». Le régulateur Sud-Africain a déclaré ce qui suit au sujet des bitcoins disparus : « Tout en affirmant que la plateforme d’investissement ressemble à un système de Ponzi, l’autorité de conduite du secteur financier a déclaré que tout ce qu’elle pouvait faire était d’examiner les plaintes car « les actifs cryptographiques ne sont pas réglementés en termes de loi sur le secteur financier en Afrique du Sud et, par conséquent, la FSCA n’est pas en mesure de prendre des mesures réglementaires ».

Lorsque l’on parle de crypto, il est essentiel de faire la distinction entre la technologie blockchain et ce que l’on appelle les crypto-monnaies. Ce n’est pas parce qu’une technologie particulière est ou peut être utile que vous pouvez l’utiliser pour créer des monnaies réelles. Certains adeptes vénèrent le bitcoin, mais de nombreux nouveaux « bitcoins » sont créés chaque semaine… Il est évident que lorsqu’Elon Musk a exprimé son amour pour le dogecoin sous forme de plaisanterie, de nombreuses personnes ont à nouveau sauté sur l’occasion. Le prix s’est envolé. Peu de temps après, Musk s’est rendu compte que le bitcoin était « des bébés Beanie alimentés par du charbon ». Tesla ne l’accepte plus comme paiement pour ses voitures.

En plus de cela, le bitcoin n’est pas très bon pour l’environnement. Le coût énergétique de la production d’un bitcoin est à peu près équivalent à plus de 800 000 transactions que VISA peut traiter. La cupidité et la fausse éducation font croire aux gens à une vie paradisiaque à la plage… Revenons presque quatre siècles en arrière. En 1623, une seule bulbe de tulipe coûtait mille florins, alors que le revenu annuel moyen était de 150 florins.

Un habitant anonyme de Hoorn, dans la province de Hollande septentrionale, a fait remarquer dans son pamphlet de 1636 intitulé « Claere ontdeckingh der dwaesheydt » qu’un bulbe de tulipe vendu six mille florins valait autant que deux charrettes de blé, 4 charrettes de seigle, 4 bœufs gras, 8 porcs gras, 12 moutons gras, 2 tonneaux de vin, 4 tonneaux de bière, 2 tonnes de beurre, 1 000 livres de fromage, un lit, un calice d’argent, un certain nombre de vêtements et un navire pour transporter le tout.

En janvier 1637, les bulbes de tulipe étaient vendus (chacun) pour plus de dix fois le salaire annuel d’un artisan expérimenté. À l’époque, cette somme équivalait à la valeur d’une maison du canal à Amsterdam. Nous sommes maintenant près de quatre siècles plus loin, mais la comparaison s’impose.



Laissez une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués *