Kennisbank

Anti-blanchiment - Connaissance du client Assurance-MIFID-Sécurité Geopolitique-UE-Brexit Gestion du risque-RGPD Gouvernance-Risque comportemental Intelligence artificielle 


3 exemples témoignant la résilience des banques en ligne

28 juillet 2020
Banque de connaissances

Max Swerdlow

Aux quatre coins du globe, la crise sanitaire a poussé les autorités à prendre des mesures encore inédites. Bien que les banques soient à leur tour confrontées à d’importants challenges, elles assument, en cette période d’incertitude, un rôle clé pour le soutien des entreprises et des communautés. Pour les clients, il est plus que jamais crucial de pouvoir s’appuyer sur des services financiers fiables. Les banques doivent être capables d’innover rapidement afin de leur donner accès aux fonds ainsi qu’à des conseils avisés. Sur l’entrefaite, nous pouvons supposer que la banque du futur sera une plate-forme digitale. Les banques assimilent les technologies numériques pour transformer totalement leur business model, prendre des décisions s’appuyant sur l’analyse de données et optimaliser le ressenti de la clientèle. De la sorte, elles nous montrent 3 façons de faire preuve de résilience et de ressort en cas de crise. Continuer la lecture…

Le troisième test de résistance CCP de l’ESMA à l’échelle européenne trouve le système résistant aux chocs

24 juillet 2020
Banque de connaissances

L’Autorité européenne des marchés financiers (ESMA), l’autorité de régulation des marchés des valeurs mobilières de l’UE, a publié les résultats de son troisième exercice de simulation de crise concernant les contreparties centrales (CCP) dans l’Union européenne (UE), qui confirme la résilience globale des CCP de l’UE aux chocs communs et plusieurs défauts de paiement pour les risques de crédit, de liquidité et de concentration. Le test de résistance au crédit a mis en évidence des différences de résilience entre les contreparties centrales dans le cadre du scénario de crise du marché sélectionné, bien qu’aucun risque systémique n’ait été identifié. De même, le test de résistance à la liquidité a montré que les CCP de l’UE étaient résilients dans les scénarios envisagés et n’ont révélé aucun risque systémique. Enfin, la nouvelle composante concentration a ajouté une nouvelle dimension à l’exercice et a souligné la nécessité pour les contreparties centrales de l’UE de comptabiliser avec précision les coûts de liquidation dans leurs cadres de risque. Continuer la lecture…

Lockdown ou Knock-out? Partie 3: Aux États-Unis et au Brésil, COVID-19 frappe inexorablement

23 juillet 2020
Banque de connaissances

Michel Klompmaker

L’OMS a signalé un nombre record de nouvelles infections dans le monde ces derniers jours. Par exemple, l’organisation sanitaire a rapporté samedi dernier que 212 326 nouvelles infections dans le monde avaient été enregistrées en une journée. Et puis nous ne parlons que des cas connus de l’OMS. On peut deviner que la situation est encore plus grave, car même dans un pays civilisé comme les Pays-Bas, de nombreuses infections corona n’ont tout simplement pas été signalées. Mais qu’est-ce que cela signifie pour l’économie mondiale? Examinons de plus près deux acteurs majeurs de l’autre côté de l’océan, puis il sera bientôt clair que le pire reste à venir. La plupart des rapports des derniers jours proviennent des États-Unis et du Brésil. Ces pays représentent ensemble près de la moitié de toutes les nouvelles infections dans le monde, mais aussi en Inde, de nombreuses personnes ont été testées positives pour le virus. Quelques chiffres: Le nombre de nouvelles infections enregistrées dans le monde au cours de la semaine du 29 juin au 5 juillet était de 1 230 000. En juin dernier, l’OMS a enregistré un nombre record de nouvelles infections de 5 303 000, contre plus de 2 300 000 en avril dernier.
Continuer la lecture…

La Commission européenne enquête sur les pratiques anticoncurrentielles sur internet

22 juillet 2020
Banque de connaissances

La Commission européenne a ouvert le 16 juillet une enquête sur les pratiques anticoncurrentielles dans le secteur des biens et services de consommation liés à l’internet des objets dans l’Union européenne. Le secteur des biens et services de consommation liés à l’internet des objets comprend les biens et services qui sont connectés à un réseau et peuvent être contrôlés à distance, par exemple par l’intermédiaire d’un assistant vocal ou d’un appareil mobile. Il s’agit notamment des appareils domestiques intelligents et des dispositifs portables. La connaissance du marché obtenue grâce à l’enquête contribuera à la mise en œuvre, par la Commission, du droit de la concurrence dans ce secteur. Continuer la lecture…

La Banque européenne d’investissement soutient le développement d’un vaccin

17 juillet 2020
Banque de connaissances

La pandémie est un sujet qui nous préoccupe tous depuis des mois et nous attendons avec impatience qu’elle disparaisse enfin. Pour que l’on puisse avancer et avoir plus de bonnes nouvelles à ce propos, quoi de mieux que de trouver une cure. Ce serait le scénario le plus probable et préférable, car la disparition de façon « naturelle » du virus est clairement lente et incertaine. Nombreuses sont donc les recherches d’un vaccin pour vaincre le Covid-19 dans le monde. La Banque européenne d’investissement (BEI) a décidé de soutenir CureVac  pour le développement de vaccins. Continuer la lecture…

Le démantèlement d’un réseau crypté

13 juillet 2020
Banque de connaissances

Le démantèlement d’un réseau crypté crée une onde de choc au sein des groupes criminels organisés à travers l’Europe Lors d’une conférence de presse commune aujourd’hui, les autorités policières et judiciaires françaises et néerlandaises, Europol et Eurojust ont présenté les résultats impressionnants d’une équipe commune d’enquête visant à démanteler EncroChat, un réseau téléphonique crypté largement utilisé par les réseaux criminels. Au cours des derniers mois, l’équipe commune d’enquête a permis d’intercepter, de partager et d’analyser des millions de messages échangés entre les criminels dans le but planifier des infractions graves. Pour une part importante, ces messages ont été lus par les forces de l’ordre en temps réel, à l’insu des expéditeurs. Ces informations ont déjà été pertinentes dans un grand nombre d’enquêtes criminelles en cours, entraînant la perturbation d’activités criminelles, notamment des attaques violentes, de la corruption, des tentatives de meurtre et des transports de drogue à grande échelle. Certains messages indiquaient des plans visant à commettre des crimes violents imminents et ont déclenché une action immédiate. Les informations seront analysées plus avant, en tant que source unique de données donnant accès à des volumes sans précédent de nouvelles preuves pour s’attaquer en profondeur aux réseaux criminels organisés. Continuer la lecture…

12 % des entreprises belges attaquées par les hackers sont des « super cibles »

06 juillet 2020
Banque de connaissances

Les attaques de hackers sont de plus en plus violentes : malgré un quart d’attaques en moins dans notre pays, les coûts sont quant à eux, six fois plus élevés. Les attaques des hackers sont de plus en plus destructrices. C’est la principale conclusion du « Cyber Readiness Report » qui a été récemment publié pour la quatrième fois par l’assureur spécialisé Hiscox. Selon ce rapport, le nombre d’entreprises belges ayant subi une cyber-attaque a diminué l’année dernière, passant de 71 % en 2018 à 49 % en 2019. Pourtant, le coût annuel pour une entreprise belge moyenne a été multiplié par six, pour atteindre 54.700 euros. Autre fait remarquable : plus d’une entreprise belge sur dix (12 %) ayant subi une cyber-attaque en 2019 était une « super cible ». Elles ont été confrontées à 500 incidents ou plus, un chiffre édifiant. Cependant les hackers n’obtiennent que rarement ce qu’ils veulent. Dans plus de huit cas sur dix (84 %), les entreprises belges n’ont payé aucune rançon. Néanmoins, ces dernières semblent sous-estimer la menace. Au lieu d’augmenter leur protection, elles ont réduit leurs dépenses en cybersécurité l’année dernière de 390.000 euros en moyenne et seulement une entreprise sur trois dispose d’une cyber-assurance spécifique. Continuer la lecture…

Lockdown ou Knock-out? COVID 19: Allons-nous jouer à la roulette russe maintenant?

03 juillet 2020
Banque de connaissances

Michel Klompmaker

Nous avons décidé de publier une série d’articles intitulée « Lockdown ou Knock-out? » sur cette plateforme. Nous discuterons et commenterons les mesures actuelles prises par les différents gouvernements, les prévisions économiques des experts et les attentes des politiciens du point de vue du risque et de la conformité. Tant qu’il n’y aura pas de vaccin contre le coronavirus, nous discuterons régulièrement de sujets qui méritent d’être mit en avant. Aujourd’hui, nous commençons par les dernières nouvelles concernant les prêts aux entreprises aux Pays-Bas, comme notre siège social est situé là-bas. Les semaines suivantes, nous adresserons d’autres sujets impliquant plusieurs pays d’Europe. D’une part, nous voyons le nombre d’infections et de décès diminuer en Europe, mais qu’est-ce que cela signifie réellement pour l’économie si nous le plaçons dans une perspective plus large? Y a-t-il une raison d’être optimiste? Nous aimerions partager l’optimisme, mais nous ne pouvons ignorer les faits et ils ne sont pas bons. Les circonstances n’ont-elles pas laissé d’autres choix ou les banques et le ministre responsable sont-ils passés à une forme de roulette russe? ING a annoncé hier son intention de tripler le nombre de faillites aux Pays-Bas l’année prochaine. Et entre-temps, depuis le déclenchement de la crise corona, le secteur bancaire néerlandais a accordé un crédit supplémentaire d’environ 14 milliards d’euros. En conséquence, le pourcentage de la dette des entreprises du produit national brut (source du FMI) est remonté à plus de 150%. Pour les critiques terre-à-terre, qui aiment faire des déclarations dédaigneuses sur la politique financière des « pays de l’ail »: les dettes des entreprises italiennes sont en pourcentage à plus de 60% du produit national brut.  Continuer la lecture…

Branche 44, le nouveau produit miracle ?

23 juin 2020

Jennifer De Roeck

Vous avez probablement déjà songé à votre profil d’investisseur. Choisirez-vous d’investir ? Opterez-vous plutôt pour un contrat assurantiel ? A quel couple risque/rendement faut-il s’attendre ? Nous avons posé 5 questions à Tom De Troch, Managing Director et Directeur Vie chez Fédérale Assurance, à propos de l’investissement en branche 44.

La branche 44 combine la sécurité de la branche 21 et le rendement potentiel d’un investissement en branche 23. « Cette solution offre l’avantage d’un rendement garanti », confie Tom De Troch. « Ce produit a toute notre confiance. Il allie stabilité, fiabilité et flexibilité. Notre objectif chez Fédérale Assurance est d’assurer la qualité de nos produits et la protection de nos clients », poursuit-il. Continuer la lecture…

Comment les banques peuvent-elles prévoir des pertes dans la crise actuelle de Covid-19?

11 juin 2020
Banque de connaissances

Global Credit Data (GCD) a récemment publié son rapport 2020 sur la perte en cas de défaut (LGD), qui offre les dernières preuves numériques des recouvrements et des pertes subies par les banques sous forme de prêts aux grandes entreprises emprunteuses. Global Credit Data est une association à but non lucratif dont la mission est d’aider les banques à mieux comprendre et modéliser leurs risques de crédit grâce à des activités de mise en commun des données et d’analyse comparative. À son tour, le rapport est basé sur un ensemble de données claires et qualifiées, étayées par des informations vérifiées et de haute qualité collectées sur 15 ans auprès de plus de 60 banques mondiales et régionales. De plus, l’édition de cette année représente le premier compte rendu complet des pertes subies pendant la crise financière mondiale de 2008.  Continuer la lecture…