Kennisbank

Anti-blanchiment - Connaissance du client Assurance-MIFID-Sécurité Geopolitique-UE-Brexit Gestion du risque-RGPD Gouvernance-Risque comportemental 


Batopin va étendre et gérer un réseau de distributeurs automatiques de billets neutres en banque en Belgique

04 juin 2020
Banque de connaissances

À partir du 1er juin, Kris De Ryck deviendra le CEO de Batopin, la nouvelle entreprise chargée de mettre sur pied et de gérer le réseau commun de distributeurs automatiques de billets. Les quatre grandes banques se sont fixé pour objectif ambitieux de permettre à 95 % de la population belge d’avoir accès à un ATM dans un rayon de 5 kilomètres au maximum et d’apporter ainsi une réponse appropriée aux besoins de notre société en pleine digitalisation accélérée.

Continuer la lecture…

Test de résistance européen GDPR en Belgique

01 juin 2020
Banque de connaissances

CTG a récemment développé un test de résistance autour du RGPD en Belgique. Le nouveau service doit garantir que les procédures RGPD ne restent pas lettre morte pour les entreprises en Europe. À l’aide de simulations réelles, les experts de la confidentialité vérifient si les entreprises réussissent dans la pratique à traiter une violation de données ou une demande de données de A à Z conformément aux procédures prescrites par la loi et dans les délais légaux. 85% des violations du RGPD sont commises sans intention malveillante et par leurs propres employés. Cependant, ils affectent sérieusement la confiance que les partenaires et les clients accordent aux entreprises. Un exemple simple est la réceptionniste qui oublie de signaler une demande de suppression des fichiers ou un employé qui clique accidentellement sur un e-mail de phishing, laissant des données sensibles dans la rue.

Continuer la lecture…

Fédérale Assurance: croissance de 20,9% de l’encaissement en 2019

28 mai 2020
Banque de connaissances

L’assureur belge Fédérale Assurance a connu en 2019 une croissance appréciable de 20,9 % de son encaissement, contribuant au résultat réalisé de €48,3 millions. Il permet à Fédérale Assurance de renforcer ses fonds propres et de partager une part de ses bénéfices à ses clients à hauteur de €12,9 millions. Parmi ceux-ci, citons la forte progression de la branche ‘Vie’ et le lancement du produit d’assurance-vie Vita Flex 44.
Continuer la lecture…

Vision future du “lanceur d’alerte”, à quoi cela nous avance-t-il ?

26 mai 2020
Banque de connaissances

Caroline Raat & Jeroen Brabers

En vue de la révision de la Loi “lanceur d’alerte” (ci-après dénommé la Loi) et l’exécution du règlement (UE) 2019/1937 du Parlement Européen et du Conseil du 23 octobre 2019 concernant la protection des personnes qui dénoncent une violation de la Loi (ci-après dénommé “lanceur d’alerte”), la Maison pour les dénonciateurs des Pays-Bas (ci-après dénommée la Maison), a plus tôt cette année publié une Vision de l’avenir. Cette vision montre la nécessité d’une réflexion sur les problèmes du passé, mais à la lumière de la critique de ses dernières quelques années à propos du fonctionnement de la Maison (het Huis aux Pays-Bas), se pose la question de ce que cette Vision de l’avenir apportera à la Loi. Dans cet article, nous discutons d’un certain nombre de problèmes urgents.

Continuer la lecture…

Enfin la Commission européenne encadre les bons d’achat et / ou remboursement de voyage

22 mai 2020

La Commission européenne a récemment fait, grâce à la commissaire européenne Margrethe Vestager, des recommandations aux États membres dans le contexte des droits de voyage et des passagers. La Commission recommande que, tant pour les voyages à forfait que pour les droits des passagers, ne fonctionnent qu’avec un système de bons d’achat volontaires et respectent toujours la législation européenne actuelle. Il est également souligné que les bons, lorsqu’ils sont émis, doivent être couverts contre la faillite et doivent être utilisés de la manière la plus flexible possible. 

Continuer la lecture…

La médiatrice européenne dénonce l’ABE pour la nomination de son ancien directeur à la tête d’un groupe de pression financier

14 mai 2020
Banque de connaissances

Jennifer De Roeck

Le Hongrois Adam Farkas était l’ancien directeur exécutif de l’Autorité bancaire européenne (ABE) depuis 2011 et jusqu’en septembre 2019, date à laquelle il se voit nommé PDG d’une association de marchés financiers. Cette nomination est fortement déplorée par la médiatrice européenne, Emily O’Reilly, à l’issue de son enquête qu’elle a lancée le 20 janvier, suite à une plainte concernant la décision de l’ABE d’autoriser son directeur à devenir PDG de l’Association des marchés financiers en Europe (AFME), qui rassemble des géants bancaires. L’Afme est un puissant lobby représentant, selon son site internet, « les principales banques mondiales et européennes ainsi que d’autres acteurs importants du marché des capitaux ».

Continuer la lecture…

Crelan jugé par la Cour d’appel

04 mai 2020
Banque de connaissances

La banque Crelan a été créée en 2013 par la fusion de Landbouwkrediet et de Centea. Après cette fusion, la direction de Crelan a tenté d’unifier les contrats d’agence commerciale de ses agents bancaires. Une tentative a été faite pour pousser les agents bancaires vers une nouvelle politique commerciale que la direction de la banque avait définie. Il est important de noter que la nouvelle politique tente de limiter l’indépendance des agents dans le domaine du crédit et du courtage d’assurance en les obligeant à accorder à Crelan l’exclusivité dans ces domaines, ce qui a évidemment des conséquences pour les consommateurs. Toute autonomie nécessaire pour continuer à servir leurs clients en crédit et assurance comme ils en ont l’habitude a été rendue de facto impossible pour les agences compte tenu de la pénalisation financière que Crelan leur a imposée. Afin de faire appliquer cette politique, les agents ont été mis sous pression en augmentant considérablement les coûts dans certaines agences, en réduisant les commissions ou en ne payant que pour les produits privilégiés (par exemple les produits financiers complexes tels que les Notes). Il va sans dire que seules les agences qui ne souhaitaient pas se conformer à cette politique ont été visées. Après des tentatives infructueuses d’entamer des discussions avec la direction de Crelan, un certain nombre d’agents ont porté les problèmes susmentionnés devant le tribunal de commerce, puis devant la Cour d’appel d’Anvers.
Continuer la lecture…

Sept entreprises sur dix sont dans les starting-blocks pour reprendre leur activité à plus de 50 % du niveau d’avant crise

30 avril 2020
Banque de connaissances

La reprise totale de l’activité économique n’est certes pas encore d’actualité mais une vaste majorité des entreprises interrogées sont matériellement prêtes à reprendre leur activité au moins à 50 % du niveau d’avant crise à la fin du confinement. Un tiers des entreprises interrogées ont même indiqué pouvoir reprendre leur activité quasiment au même niveau que précédemment. C’est ce qui ressort de la dernière enquête menée auprès d’entreprises et indépendants belges pour l’ERMG (Economic Risk Management Group). Dans sa globalité le constat émanant de l’enquête reste préoccupant que ce soit au niveau de la baisse du chiffre d’affaires ou du risque de faillite, en particulier pour les petites entreprises et les secteurs les plus affectés comme l’horeca ou l’évènementiel. Continuer la lecture…

World FinTech Report 2020: La collaboration avec les Fin Techs plus que jamais essentielle pour les banques

24 avril 2020
Banque de connaissances

Capgemini et l’efma publient ce jour le World Fin Tech Report 2020, qui révèle qu’en dépit d’un fossé croissant entre les banques traditionnelles d’un côté, et les BigTechs et néobanques de l’autre, les premières ont une chance de prospérer en adoptant l’Open X (1) et en devenant des Banques Inventives (2). L’écart entre ce que les clients attendent et ce que les banques traditionnelles proposent n’a jamais été si grand, mais l’heure est venue pour ces dernières de passer à une approche ‘front to back-end’ pour offrir la meilleure expérience client possible. En offrant à leurs clients des expériences nourries par leurs données, ultra-personnalisées et en temps réel, les BigTechs et les néobanques ont démontré leur capacité à conquérir la clientèle. En revanche, si les banques traditionnelles ont massivement investi dans l’infrastructure informatique ‘front-end’ pour améliorer l’expérience client, le résultat de ces efforts n’est pour l’instant pas à la hauteur de ce qui est désormais de rigueur dans d’autres secteurs, en particulier chez les fournisseurs de technologies. Continuer la lecture…