images-6

Face aux cryptomonnaies, les autorités doivent être prêtes à agir

07 February 2018

Les autorités doivent être prêtes à agir contre la prolifération des cryptomonnaies afin de protéger les consommateurs et les investisseurs, a déclaré Agustín Carstens, le Directeur général de la Banque des Règlements internationaux (BRI).

Lors d’une conférence à Francfort intitulée Money in the digital age: What role for central banks?, M. Carstens a déclaré que, pour conserver sa valeur, l’argent doit être soutenu par des institutions responsables, qui ont la confiance du public. Les banques centrales jouent ici un rôle clef.

« L’ascension fulgurante des cryptomonnaies ne doit pas nous faire oublier la place importante qu’occupent les banques centrales en tant que dépositaires de la confiance du public », a affirmé M. Carstens lors de la conférence organisée par SAFE (Sustainable Architecture for Finance in Europe), le centre d’études financières de la Banque fédérale d’Allemagne. « Des jetons numériques privés se faisant passer pour des monnaies ne doivent pas nuire à cette confiance »

Les nouvelles technologies sont riches de promesses, par exemple dans l’amélioration de l’efficacité des systèmes de paiements. Mais de nouvelles monnaies ne sont pas nécessaires pour que cette promesse soit tenue. Les autorités doivent veiller à ce que les progrès technologiques ne servent pas à légitimer les profits d’activités illégales, et doivent faire en sorte d’éduquer et de protéger les investisseurs et les consommateurs, a observé M. Carstens. Elles doivent aussi s’assurer que les cryptomonnaies ne s’enracinent pas et ne mettent pas en péril la stabilité financière.

« Technologie innovante ne signifie pas technologie meilleure, ou économie meilleure », a déclaré M. Carstens.

« Le Bitcoin le montre clairement : s’il a peut-être été conçu comme un système de paiement alternatif hors de toute intervention gouvernementale, il associe aujourd’hui les caractéristiques d’une bulle, d’une pyramide de Ponzi et d’une catastrophe pour l’environnement ».

De par les fortes fluctuations de leurs cours, les coûts élevés des transactions et l’absence de protection des consommateurs et des investisseurs, les cryptomonnaies ne sont ni sûres, ni propres à jouer le rôle de monnaie en tant que moyen de paiement, réserve de valeur et unité de compte, a souligné M. Carstens.

Les banques centrales et les autorités financières devraient être particulièrement attentives aux liens unissant les cryptomonnaies aux monnaies réelles, et veiller à ce que les cryptomonnaies ne parasitent pas l’infrastructure institutionnelle du système financier au sens large. Pour garantir l’égalité concurrentielle de l’ensemble des intervenants sur les marchés financiers, l’accès aux services bancaires et services de paiements légitimes devrait être réservé aux seuls produits et plateformes d’échanges répondant à des normes de qualité reconnues, a affirmé M. Carstens.

« Le principe doit donc être ‘même risque, même réglementation’, et n’admettre aucune exception », a-t-il déclaré.

Source : BIS

Laisser une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *