La troisième demande de paiement de la France, d’un montant de 7,5 milliards d’euros,

23 mai 2024

La Commission a approuvé le 3 mai dernier une évaluation préliminaire positive concernant la troisième demande de paiement de la France, d’un montant de 7,5 milliards d’euros, au titre de la facilité pour la reprise et la résilience, pièce maîtresse de NextGenerationEU. Au terme de son évaluation de la demande de paiement présentée par la France le 16 janvier 2024, la Commission a conclu à titre préliminaire que la France avait atteint de manière satisfaisante les 15 jalons et 24 cibles définis dans la décision d’exécution du Conseil pour la troisième tranche, qui couvre les premiers jalons et cibles du chapitre REPowerEU de la France. Continuer la lecture…

Bruno Colmant

Bruno Colmant

Professeur d'économie à l'université. Membre de l'Académie royale de Belgique. Stratège. Écrivain. Conférencier.

En fait, la dette publique, on s’en fout, non ?

21 mai 2024

Il y a quelques jours, dans une pathétique secousse de fin de règne, le Parlement européen a voté un retour aux critères de déficit budgétaire et d’endettement de Maastricht que peu de pays respectent, tandis que la BCE court après son objectif d’inflation de 2 %. Sur le papier, les choses sont donc claires : l’Europe veut une monnaie forte, désinflatée, soutenue par des États rigoureux, très obéissants, et surtout, surtout, qui déconstruisent le modèle social que tant Von Der Leyen que Lagarde, engluées dans leurs amitiés néolibérales, honnissent. Mais, on le sait, tout le monde aimerait vivre dans le pays appelé « théorie », parce qu’au moins, là-bas, ça a l’air de fonctionner. Or, dans la géopolitique monétaire, tous les pays, à commencer par les États-Unis, s’immergent dans un océan de dettes publiques, à tel point qu’un pays vertueux ressemblerait au fort en thème boutonneux que personne n’aimait. À travers leurs abysses de dettes, les États participent à un affaiblissement de leur monnaie. Continuer la lecture…

L’accord d’association entre l’UE et Andorre et Saint-Marin

17 mai 2024

Maroš Šefčovič

Je me félicite d’avoir eu l’opportunité d’échanger avec  Xavier Espot, premier ministre d’Andorre et Luca Beccari, ministre des affaires étrangères de Saint-Marin, sur plusieurs questions européennes et surtout sur les relations de l’Union européenne avec les deux pays, notamment notre accord d’association. Cette visite montre en soi l’importance que la Commission européenne accorde à ces relations. À la fin du mois d’avril, nous avons fini de régler les moindres détails en suspens en achevant les travaux sur le texte juridique de l’accord d’association, en nous basant sur le résultat positif et ambitieux de nos négociations de décembre dernier. Notre proposition attend à présent le feu vert du Conseil, dont les travaux sont bien avancés, la prochaine présidence hongroise étant également intéressée par des progrès rapides. Continuer la lecture…

Les listes noires des sites identifiés

15 mai 2024
Banque de connaissances

L’AMF et l’ACPR mettent en garde le public contre les activités de plusieurs acteurs qui proposent en France des investissements sur le Forex et sur des produits dérivés sur crypto-actifs sans y être autorisés. Avec l’objectif de protéger les épargnants, l’Autorité des marchés financiers (AMF) et l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) mettent régulièrement à jour leurs listes noires de sites identifiés comme proposant des investissements sur le marché des changes non régulé (Forex) et sur des produits dérivés dont le sous-jacent est constitué de crypto-actifs, sans y être autorisés.
Continuer la lecture…

L’effet Dunning-Kruger

13 mai 2024
Banque de connaissances

Stefan Ducahteau

Tout d’abord un avertissement : les allergiques aux réflexions sur la politique monétaire et les marchés boursiers risquent l’overdose. Lorsque la compréhension, la connaissance et l’expérience d’une problématique particulière sont limitées, la conviction d’avoir raison à ce sujet semble augmenter. Telle était déjà la conclusion des chercheurs Julian Kruger et David Dunning qui, en 1999, ont constaté – à leur grande surprise – que les gens avaient surtout un avis tranché sur le sujet ou le domaine qu’ils connaissent le moins. La relation inverse entre la compétence et la conviction est connue sous le nom d’effet Dunning-Kruger ou EDK : plus le niveau de compétence est faible, plus la conviction est forte et plus les avis sont inébranlables. Cela s’explique peut-être par le fait que l’ignorance empêche les gens de voir le vrai problème et qu’ils adhèrent dès lors facilement à des solutions simplistes et font preuve de peu de compréhension à l’égard d’un point de vue différent ou d’une opinion plus nuancée. Ne pas savoir ce qu’on ne sait pas soi-même… Continuer la lecture…

La FSMA lance un calculateur de coûts pour les produits de pension

10 mai 2024

L’Autorité des services et marchés financiers (FSMA) vient de lancer un outil en ligne qui fournit un aperçu des coûts liés aux produits de pension. Cet outil a été développé suite à une étude que la FSMA a réalisée à la demande du gouvernement en vue d’analyser les coûts que les établissements financiers prélèvent sur leurs produits de pension. Cette étude concerne tant le deuxième que le troisième pilier de pension. Le rapport présentant les résultats de l’étude est consultable sur le site web de la FSMA. Il est possible de se constituer un complément à sa pension légale en optant pour une formule offerte par le deuxième ou le troisième pilier de pension. Le deuxième pilier correspond à la pension complémentaire que les travailleurs salariés ou indépendants se constituent dans le cadre de leur activité professionnelle, que ce soit auprès d’une entreprise d’assurance ou d’une institution de retraite professionnelle (IRP). Le troisième pilier se compose de l’épargne-pension et de l’épargne à long terme que tout un chacun peut souscrire à titre individuel auprès d’un fonds d’épargne-pension ou d’une entreprise d’assurance. Continuer la lecture…

Soutien de l’UE au Liban et à la population libanaise et une enveloppe d’un milliard d’euros

08 mai 2024

Lors de sa visite à Beyrouth le 2 mai derneier, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, accompagnée du président de la République de Chypre, Nikos Christodoulides, a discuté des défis importants auxquels est confronté le Liban aux niveaux national et régional, ainsi que de la meilleure manière dont l’UE pourrait venir en aide au pays et à ses habitants. Elle a annoncé que l’Union européenne fournirait une aide financière au Liban d’un montant d’un milliard d’euros pour la période 2024-2027. Ce soutien constant de l’UE renforcera les services de base tels que l’éducation, la protection sociale et la santé pour la population libanaise. Il accompagnera les réformes économiques, financières et bancaires urgentes. Par ailleurs, un soutien sera apporté aux forces armées libanaises et aux autres forces de sécurité au moyen d’équipements et de formations en matière de gestion des frontières et de lutte contre le trafic de migrants.
Continuer la lecture…

Bourse : forte augmentation de l’activité des particuliers en ETF au 1er trimestre 2024

06 mai 2024

L’Autorité des marchés financiers (AMF) dresse chaque trimestre un état des lieux du nombre de particuliers ayant réalisé au moins une transaction sur un instrument financier au cours du dernier trimestre. Ce tableau de bord présente les données des trois premiers mois écoulés de l’année 2024 et permet de constater l’usage croissant des fonds indiciels cotés (ETF) par les investisseurs particuliers sur cette période. Au cours du 1er trimestre 2024, environ 737 000 particuliers ont passé un ordre d’achat ou de vente sur des actions. Un chiffre en très léger repli comparé au premier trimestre 2023 (- 1,2 %). Les données du trimestre permettent de constater que le nombre de particuliers ayant acheté des actions au premier trimestre 2024 atteint un niveau équivalent à celui du premier trimestre 2023, à 568 000. Parmi ceux-ci, les nouveaux investisseurs, c’est-à-dire les particuliers ayant réalisé sur la période considérée au moins une transaction à l’achat pour la première fois depuis le 1er janvier 2018, sont plus nombreux qu’il y a un an (59 000). Continuer la lecture…

Le rapport sur la situation dans l’espace Schengen qui fixe de nouvelles priorités pour l’année à venir

02 mai 2024

La Commission a présenté son rapport sur la situation dans l’espace Schengen relatif à l’année écoulée et définit les priorités pour l’année à venir. L’espace Schengen est devenu le plus grand espace de libre circulation au monde. Garantissant la fluidité et la sécurité des déplacements à une population de près de 450 millions de personnes, l’espace Schengen est indispensable à la compétitivité de l’Union européenne. En 2023, l’espace Schengen a conservé sa robustesse et il demeure la destination la plus visitée au monde. Plus de 10 millions de visas Schengen ont été délivrés et plus d’un demi-milliard de passagers se sont rendus dans l’espace Schengen, ce qui représente 92 % des niveaux de 2019, antérieurs à la pandémie. Cet état de fait a fortement contribué à l’économie de l’UE car le tourisme intervient pour près de 10 % dans le PIB de l’UE et emploie quelque 22,6 millions de personnes. Continuer la lecture…

Bruno Colmant

Bruno Colmant

Professeur d'économie à l'université. Membre de l'Académie royale de Belgique. Stratège. Écrivain. Conférencier.

Choc monétaire en vue ?

30 avril 2024

Si Donald Trump est élu en novembre, ce ne sera pas une présidence impréparée comme en 2016, mais l’aboutissement d’une minutieuse restructuration des États-Unis. On le sait, la démocratie est complétée par des agences indépendantes censées contenir l’influence politique ou populiste dans des domaines clés, comme l’alimentation, la santé ou la monnaie. C’est ainsi que la plupart des banques centrales sont postulées indépendantes. Elles ne le sont évidemment pas, puisque ces institutions créent la monnaie, qui fut justement qualifiée de « fait social total » par le sociologue Mauss. Leurs interventions s’insèrent donc dans une articulation socio-politique globale. Dans ce cadre, la presse américaine distille aujourd’hui l’idée (que j’exprime depuis un an…) que l’intention des Républicains est de dépouiller la Réserve Fédérale de son indépendance et de permettre à la Maison Blanche de fixer les taux d’intérêt, et donc évidemment la gestion du bilan de cette même Réserve Fédérale. Continuer la lecture…