Démission ou Ré-orientation ?

11 juillet 2022

Le monde du travail est en train de changer et nombreux sont ceux qui quittent la vie active. La Covid a peut-être accéléré cette tendance, mais au bout du compte, elle est le fruit d’évolutions démographiques, sociales et technologiques. Le monde du travail a connu des bouleversements spectaculaires ces deux dernières années, notamment une fuite massive de la main-d’œuvre. Peu importe si la pandémie de Covid est à l’origine de ces changements ou si elle n’a fait qu’accélérer des tendances à long terme. Une chose semble toutefois évidente: une bonne partie de ces évolutions deviennent notre nouvelle normalité, selon le Conseil Consultatif de la stratégie Human de Pictet AM.

Personne n’avait anticipé cette grande démission, qualificatif donné au départ rapide des salariés de leur poste de travail. La pandémie semble cependant avoir provoqué une convergence des tendances démographiques, sociales et technologiques qui ont poussé les individus à revoir leur position sur leur vie professionnelle.

Selon le Conseil Consultatif, les gens ont vécu une période d’introspection qui leur a permis de voir les choses différemment. Ce phénomène n’est pas nouveau, la tendance était déjà amorcée avant l’épidémie de Covid. Toutefois, elle a surpris par la rapidité avec laquelle elle s’est généralisée au lendemain de la pandémie.

L’une des explications de la soudaine vague de démissions réside dans le montant de l’épargne personnelle, qui a augmenté en partie grâce aux subventions pour maintenir les niveaux de salaires ainsi qu’aux différents efforts de relance liés à la pandémie.

On l’observe tout particulièrement chez les personnes de plus de 55 ans, qui ne sont, pour beaucoup, pas retournées sur le marché du travail lors de la reprise économique. Contrairement à ce que nous avions pu vivre précédemment, ils n’ont pas spécialement quitté des emplois peu gratifiants ou insatisfaisants pour de meilleures opportunités. Ils ont simplement disparu et nous ne pouvons pas être sûrs de ce qu’ils sont partis faire.

Dans certains cas, ils peuvent avoir décidé de se reconvertir ou de faire du bénévolat pour une œuvre caritative. L’éducation est représentative de ce changement et devient, pour certains, la quête de toute une vie. Cette tendance alimente la demande pour des formations moins formelles, qui offrent des compétences plus variées. Plusieurs statistiques montrent que les personnes tournent le dos à des cursus professionnalisants, comme le droit ou la gestion, dont les admissions en troisième cycle ont diminué ces dernières années.

Certaines personnes préfèrent développer leurs compétences manuelles, de la plomberie à la gravure, et avec l’apprentissage en ligne, les sources d’enseignement sont désormais mondialisées. Les travailleurs ont ainsi pu passer d’un engagement à long terme auprès d’un employeur unique à des bouquets composés d’emplois rémunérés et non rémunérés.

Les tensions sur les marchés du travail imposent aux entreprises de faire preuve de plus en plus de flexibilité pour attirer les talents. Nombre d’entre elles procédent à des expérimentations avec leur personnel, qui vont souvent au-delà des concessions sur le télétravail. Le directeur général qui est déterminé à ce que les choses reviennent comme elles étaient avant la pandémie est vraiment plus que courageux.

Cette tendance pourrait notamment donner lieu à l’automatisation de plus de fonctions: les robots-avocats et les robots-comptables pourraient par exemple s’occuper des tâches récurrentes et laisser à leurs homologues humains le soin de s’occuper des fonctions réclamant davantage de qualifications. En fait, pour 60% des emplois, environ un tiers des tâches peuvent déjà être automatisées.

Dans d’autres cas, il s’agira de rendre l’environnement de travail au bureau aussi attractif que celui de son domicile. Nous verrons donc de plus en plus se mélanger les ingrédients qui font le succès du bureau – les heureux hasards provoqués par des interactions fortuites, les possibilités de tutorat et de coaching efficaces, les relations humaines entre collègues – avec les avantages du télétravail, y compris la baisse des temps de trajet domicile-travail, la réduction des interruptions et des espaces plus confortables.

L’inflation vient compliquer ce tableau. En raison des taux de chômage exceptionnellement bas et du grand nombre de postes vacants, les employés disposent de moyens supplémentaires pour faire pression sur les employeurs. Cela dit, s’ils ne se syndiquent pas pour capitaliser sur l’effet collectif, l’inflation grignotera une partie de ces gains. À cause de la hausse des prix, certaines personnes vont chercher à compléter davantage ou à augmenter leurs revenus, ce qui les poussera de plus en plus vers des emplois marginaux et moins favorisés et les obligera à travailler plus longtemps. Le resserrement de la politique monétaire qui accompagne l’inflation réduira à son tour les opportunités d’emploi étant donné que les entreprises limiteront leurs investissements.

Cependant, l’équilibre des pouvoirs entre employés et employeurs a incontestablement changé le panorama de l’emploi. En cas de durcissement de la situation économique au cours des années à venir, la grande démission pourrait s’inverser, mais la réorientation de la nature de l’emploi devrait se maintenir. Un large éventail de sources et de types d’enseignement aidera les gens à développer leurs compétences et le développement de la technologie, qui permet d’apprendre et de travailler à distance, garantit que l’avenir du travail sera différent de son passé..

Les tendances et les technologies abordées dans cet article représentent quelques-uns des thèmes d’investissement sur lesquels s’appuie la stratégie Human de Pictet. Celle-ci se concentre sur les services qui nous aident à nous adapter aux évolutions démographiques et technologiques qui changent notre vie.



Laissez une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués *