Bruno Colmant

Bruno Colmant

CEO de la banque Degroof Petercam/Docteur en Economie Appliquée (ULB)

Et si une gigantesque rupture sociétale se préparait ?

08 novembre 2014

Depuis quelques mois, une chose devient évidente : aucun de nous ne prend conscience de la gravité de la crise. Le monde bascule. Or, tous, nous réagissons avec des réflexes qui dénotent un biais cognitif, à savoir celui de donner des réponses répétitives aux problèmes que nous avons déjà connus, un peu comme si nous entrions dans le futur à reculons.

 

A un niveau local, le gouvernement n’exerce pas son rôle de vigie tandis que les organisations sociales répètent un scénario connu. Mais ce qui se passe relève d’une autre trame : il s’agit d’une rupture sociétale et civilisationnelle. Elle est sociétale par ce que le modèle de croissance par emprunt de la prospérité du futur est abouti.  Elle est civilisationnelle car le monde traverse des fractures importantes: l’économie devient digitale dans une économie mondialisée, les pulsations du monde débordent les frontières et les véritables enjeux, c’est-à-dire ceux qui touchent l’humain (dont l’environnement), sont écartés par cynisme. Tout est donc en place pour que des forces obscures se déchainent, qu’elles relèvent des aventures politiques ou des inconsciences collectives.
Nous traversons les derniers trimestres de ce qui a précédé les grands chocs, à savoir la belle époque ou les années folles. Pourtant, tout doit être repensé : l’harmonie, le consensus et la mixité sociale, le rôle de l’Etat, la contribution de l’individu à la communauté. Cette crise n’est plus souveraine, ni monétaire : elle porte sur l’exercice des Etats, écartelés entre des entreprises mondiales et versatiles, et des dettes publiques dont la stabilité de l’expression monétaire et le refinancement sont les garants de l’ordre social.

Dans les prochaines années, le débat idéologique portera sur le dialogue entre l’Etat et le marché, entre la collectivité et l’individu, et entre la dette publique et la propriété privée. Cette confrontation se greffera sur un bouleversement technologique qui va pulvériser les modes d’organisation de la sphère marchande. Les insoutenables dettes publiques engageront la question du défaut ou de l’opposition sociale. Notre démocratie y survivra-t-elle ? Faut-il craindre Karl Marx pour espérer Adam Smith ? Ou déboulonner Milton Friedman pour restaurer Maynard Keynes ?

La véritable question porte sur la représentation de l’avenir du corps social. Avant trois siècles d’oppression puritaine, Shakespeare avait écrit : « Faisons face au temps comme il nous cherche ». Un monde nouveau se dresse. Il porte en lui une gigantesque transformation.



Laissez une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués *