L’ex-PM tunisien Jebali arrêté pour soupçon de blanchiment d’argent

27 juin 2022

M. Jebali affirme que cette arrestation est motivée par des raisons politiques, alors que le président Saied poursuit sa répression contre les opposants. La police tunisienne a arrêté l’ancien Premier ministre Hamadi Jebali, un ancien membre dirigeant du parti Ennahdha, car il est soupçonné de blanchiment d’argent, a déclaré son avocat à Reuters.
La police de la ville de Sousse a saisi les téléphones de Jebali et de sa femme, puis l’a emmené dans un lieu inconnu jeudi, selon une déclaration de sa famille sur Facebook.L’arrestation de Jebali suscite l’inquiétude de l’opposition quant à la situation des droits de l’homme en Tunisie depuis que le président Kais Saied a dissous le Parlement en juillet dernier, ce que ses opposants ont qualifié de coup d’État. Le ministère de l’Intérieur a refusé de commenter l’arrestation de M. Jebali. Le ministère a convoqué une conférence de presse pour vendredi, sans donner de détails.L’équipe de défense de Jebali a déclaré avoir pu le rencontrer au centre de détention où il est incarcéré. »Jebali nous a dit qu’il ne répondrait pas aux questions des enquêteurs et qu’il avait entamé une grève de la faim car cette affaire a une motivation politique et n’a rien à voir avec le blanchiment d’argent », a déclaré Mokhtar Jemai, l’avocat de Jebali.Ennahdha, qui se décrit comme un parti musulman démocrate, était auparavant le plus grand parti du parlement tunisien.

À l’époque, M. Saied avait déclaré que la décision de suspendre le Parlement et de saisir les pouvoirs exécutifs était temporaire et nécessaire pour sauver la Tunisie de ce qu’il considérait comme une élite corrompue et intéressée.

« Le président est personnellement responsable du bien-être physique et psychologique de M. Jebali », a déclaré la famille de M. Jebali dans le message publié sur Facebook, et a appelé la société civile et les organisations de défense des droits de l’homme à « s’opposer à ces pratiques répressives ».

Jebali a été Premier ministre en 2012 et a démissionné en 2013 à la suite d’une crise politique.

Plus tôt cette année, la police a arrêté Noureddine Bhiri, le vice-président d’Ennahdha, et l’a détenu pendant plus de deux mois avant de le relâcher sans qu’aucune charge ne soit retenue contre lui.

Le règne de Saied
Les opposants de Saied affirment qu’il mène une campagne par le biais de la police et de la justice pour cibler ses adversaires, une accusation qu’il nie. Depuis qu’il s’est emparé des pouvoirs exécutifs, il a mis de côté la Constitution tunisienne de 2014 et gouverne par décret.

Au départ, ses actions lui ont valu un large soutien de la part de la population, après des années de frustration à l’égard de l’élite politique tunisienne.

Saied prévoit maintenant un référendum le 25 juillet, au cours duquel les Tunisiens se prononceront sur une nouvelle constitution, un vote que l’opposition a déclaré vouloir boycotter. Le parlement tunisien restera suspendu jusqu’à ce qu’un vote soit organisé pour une assemblée de remplacement le 17 décembre 2022.

Le 1er juin, M. Saied a démis 57 juges de leurs fonctions, les accusant de corruption et de protection de « terroristes », accusations que l’Association des juges tunisiens (AJT) a jugées politiquement motivées. En réponse, l’Association des juges tunisiens a lancé une grève nationale, qui a été prolongée pour la troisième semaine.

En février, Saied a dissous le Conseil supérieur de la magistrature, qui était le principal garant de l’indépendance de la justice depuis la révolution de 2011 en Tunisie, qui a renversé l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali.

Saied a déclaré que ces décisions étaient nécessaires pour nettoyer le système judiciaire de la corruption rampante et qu’il ne visait pas à contrôler le pouvoir judiciaire.



Laissez une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués *