CSSF Lu: Contrôle de l’information financière 2014

13 janvier 2015

En vertu de la loi du 11 janvier 2008 relative aux obligations de transparence sur les émetteurs de valeurs mobilières (ci-après, la « Loi Transparence »), la CSSF (Commission de Surveillance du Secteur Financier Luxembourg) veille à ce que l’information financière publiée par les émetteurs de valeurs mobilières, notamment leurs états financiers consolidés et non consolidés, soit établie conformément aux référentiels comptables applicables.

Continuer la lecture…

Bruno Colmant

Bruno Colmant

CEO de la banque Degroof Petercam/Docteur en Economie Appliquée (ULB)

Et si la BCE avait échoué ?

11 janvier 2015

Et si nos autorités monétaires étaient empêtrées dans une situation inextricable, qui explique – et je pèse mes mots – la défiance que le monde financier commence à exprimer par rapport à l’euro et à la capacité de la zone euro à susciter une croissance satisfaisante. Car, ne soyons pas naïfs : une monnaie qui chute de près de 20 % en quelques mois sans qu’aucune action d’envergure n’ai été mise en œuvre par sa banque centrale, c’est opportun pour la capacité exportatrice mais c’est rare. Continuer la lecture…

Bruno Colmant

Bruno Colmant

CEO de la banque Degroof Petercam/Docteur en Economie Appliquée (ULB)

Dettes publiques : des opérations Gutt en cascade au Sud ?

08 janvier 2015

En 2015, la dette publique de la zone euro devrait atteindre 100 % du PIB, auxquels il faut ajouter l’endettement caché, c’est-à-dire la partie non financée du coût du vieillissement de la population. En Belgique, la dette publique frôle 110 % du PIB, tandis que la dette cachée, exprimée en euros de 2014, correspond à environ quatre fois la richesse nationale produite (PIB).

Continuer la lecture…

Le Lietuvos Bankas rejoint le quatrième accord sur les avoirs en or des banques centrales

07 janvier 2015

Afin de clarifier ses intentions à l’égard de ses avoirs en or, le Lietuvos bankas (Banque de Lituanie) approuve et devient partie au quatrième accord sur les avoirs en or des banques centrales. Cet accord avait été conclu initialement par la Banque centrale européenne, la Banque Nationale de Belgique, la Deutsche Bundesbank, l’Eesti Pank, la Central Bank of Ireland, la Banque de Grèce, le Banco de España, la Banque de France, la Banca d’Italia, la Central Bank of Cyprus, la Latvijas Banka, la Banque centrale du Luxembourg, la Central Bank of Malta, De Nederlandsche Bank, l’Oesterreichische Nationalbank, le Banco de Portugal, la Banka Slovenije, la Národná banka Slovenska, la Suomen Pankki Finlands Bank, la Sveriges Riksbank et la Banque nationale suisse.

Le quatrième accord sur les avoirs en or des banques centrales s’applique depuis le 27 septembre 2014 et fera l’objet d’un réexamen à l’issue d’une période de cinq ans.

Bruno Colmant

Bruno Colmant

CEO de la banque Degroof Petercam/Docteur en Economie Appliquée (ULB)

Austérité grecque : après la gauche, les colonels ?

27 décembre 2014

Depuis le début de la crise de l’euro, un infranchissable fossé s’est creusé entre les pays du Nord, économiquement homogènes, et les pays du Sud, géographiquement dispersés et auxquels on a imposé des plans de rigueur d’autant plus insupportables que ces pays présentent une faiblesse économique préalable. L’euro est d’ailleurs devenu une monnaie trop forte et donc inadaptée pour des pays qui ajustaient leurs économies au travers de dévaluations répétitives. Aujourd’hui, l’Espagne et la Grèce sont proches de choix politiques importants.

Continuer la lecture…

Projet de révision de l'approche standard pour le risque de crédit

27 décembre 2014

Le Comité de Bâle envisage de remplacer le recours aux notations externes, tel qu’il est prévu dans l’approche standard actuelle, par l’emploi d’un nombre restreint de critères de risques capables d’assurer une différenciation pertinente des risques. Ces critères sont fonction de la catégorie de l’exposition et ont été sélectionnés parce qu’ils sont simples, intuitifs, aisément accessibles et susceptibles d’expliquer les risques dans toutes les juridictions. Continuer la lecture…

Entretien accordé par Benoît Cœuré, membre du directoire de la Banque centrale européenne

22 décembre 2014

Depuis janvier 2012 Benoît Coeuré est membre du directoire de la Bamque centrale européenne. Il est auteur de plusieurs articles et ouvrages traitant de questions monétaires et financières européennes et internationales. La BCE vient de revoir nettement à la baisse ses prévisions de croissance et d’inflation pour 2015 et 2016. La zone euro replonge-t-elle dans la crise ?
Continuer la lecture…